Sélectionner une page

Je crois que ce que j’aime dans la cuisine italienne et dans la cuisine des pâtes en particulier, c’est la mise en oeuvre d’ingrédients et de gestes simples, et surtout l’art dans la simplicité, quand manger une platrée de pâtes relève d’autre chose que d’un manque de temps, mais devient au contraire tout un rituel… le contrôle de la cuisson, le filet d’huile d’olive, le parmesan rapé, la sauce qui doit napper sans noyer… la variété des sauces elle-même, qui fait qu’un italien peut manger des pâtes toute la semaine sans se lasser, et répond avec fougue à mon « encore des pâtes! » par un vigoureux « ah mais ça n’a rien à voir, hier c’était des spaghetti al ragù et là ce sont des bigoli in salsa! »…(un peu comme si vous disiez à un français « encore du fromage » s’il vous sert un roblochon un lendemain de roquefort)

photos prises lors du Salon Tutto Food (mai 2011)

les fabuleux bigoli de la maman de G.

Alors, même si je ne parviendrai sans doute jamais à en manger autant qu’eux, ni même à en connaître toute la variété, je tiens à rendre hommage à cette invraissemblable et immense culture des pâtes, à tout ce temps passé à modeler, pétrir, couper, ciseler, denteler cet amalgame de farine mélée d’eau, et à en faire chaque fois une recette unique, art brut et éphémère sans cesse renouvelé…

les fantastiques tortelli da brodo ramenés de Lodi

Aussi je compte sur vous pour faire vivre ce savoir-faire même hors d’Italie, et j’attends vos participations au pasta concours! Vous avez jusqu’au 25 juillet!

https://completementflou.com/les-farfalle-maison-et-le-retour-du-pasta-concours/